vincent le texier
site officiel

PENELOPE

Fauré

Bozar (Bruxelles), 25 et 28 février 2017

Production du Théâtre de la Monnaie

Dir Michel Plasson

"Tra i più applauditi il baritono Vincent Le Texier che con la sua sicurezza e il timbro elegante ha espresso tutta la nobilità del pur umile ed anziano pastore Eumée che mai ha vacillato nella sua fedeltà ad Ulysse."

Alma Torretta, giornaledellamusica.it

"Vincent Le Texier personnifie un Eumée de grande stature au moyen d’une voix puissante et richement timbrée qui rappelle celle de José Van Dam, présent en tant que spectateur, le baryton ayant si souvent chanté avec Plasson."

Sébastien Foucart, ConcertoNet.com

"l’Eumée éclatant de Vincent Le Texier"

Martine D. Mergeay, La Libre.be


LE PREMIER MEURTRE

Arthur Lavandier

Création à l'Opéra de Lille, 06, 08, 09 novembre 2016

"Ensuite, le jeu des chanteurs parvient à donner une épaisseur dramatique à cet opéra abstrait, Vincent le Texier en tête"                    Guillaume Tion - Libération

 "Vincent Le Texier habite son rôle (Gabriel, écrivain déchu mais appelé de nouveau à créer) et se voit gratifié d'une partie vocale qui tire habilement parti de son baryton ample et chaleureux."                                              Pierre Rigaudière - Diapason

 "Il y a la diction de rêve et la voix des grands jours de Vincent Le Texier, Gabriel saisissant d'humanité confuse."                               Philippe Carbonnel - Concertclassic.com

"Vincent Le Texier incarne Gabriel. Dès son entrée, il impressionne avec sa voix puissante et chaude, rendant inutile toute amplification. Son élocution est remarquable, digne de ce spécialiste de la diction française qui a été le représentant de la musique de Debussy et Messiaen à travers le monde. Avec son jeu d’acteur, on paierait sans hésiter pour le voir sur les planches d’un théâtre, même s’il n’y chantait pas. Ses gestes dramatiques et passionnés sont aussi justes et touchants que ses regards et ses sourires enfantins. Par la voix, la présence, l’attitude, il incarne tous les poètes maudits et ressuscités."               Charles Arden - Olyrix